7

Oregon, l’Amérique à la cool

Une aventure racontée par Hélène • Le 7 commentaires

De l’Oregon, nous voulions voir les plages du Pacifique et les rues de Portland. Mais l’intérieur des terres, entre plaines et montagnes, nous a attiré comme un aimant. L’atmosphère décontractée de l’état et ses habitants chaleureux ont fait de ce séjour une découverte inattendue des terres américaines !

Vers les États-Unis

Après les adieux avec nos amis et colocs vancouverois, nous reprenons la route frais comme des gardons. La frontière pour l’état de Washington est plus tatillonne qu’au fin fond du Yukon ; ils veulent même inspecter notre voiture, sans notre présence, et en extirperont notre riz qui n’est pas autorisé à battre les routes états-uniennes ! (on ne sait toujours pas pourquoi)

L’autoroute traverse Seattle par le milieu ; nous n’avons pas le choix d’y perdre trois heures pour en venir à bout… La métropole est immense, les voitures sont légions et la densité de la population commence à se faire sentir : 320 millions d’habitants aux États-Unis, contre 35 millions au Canada.

La côte pacifique par la route 101

En fin de journée, nous atteignons la route 101 qui descend toute la côte pacifique de Seattle à San Diego. L’ambiance est étrange : le ciel voilé de blanc laisse à peine apercevoir la lumière du soleil ; nous doutons un instant s’il s’agit encore de la fumée des feux de forêts à laquelle nous sommes habitués depuis quatre jours, ou bien des fameuses brumes du Pacifique.

Long Beach

Un vent tiède souffle sur la plage de Long Beach. L’endroit est incroyablement calme et reposant ; nous nous attardons sur les pontons et les dunes avant de reprendre la route.

Canon Beach

Enfin nous quittons l’état de Washington pour celui de l’Oregon. Les villes et villages côtiers s’enchaînent le long de la route 101 et nous nous arrêtons à Canon Beach, charmante petite ville assez achalandée en ce début de période estivale.

Les pavillons colorés occupent le front de mer alors que les échoppes de glaciers, de fish’n chips et autres chocolatiers s’égrènent sur la rue principale, aux côtés des boutiques d’artistes locaux, d’articles de plage ou de souvenirs. La plage très étendue abrite mouettes et vacanciers, encadrée par les rochers et les arches creusées par les eaux du grand océan. Nous reconnaissons le paysage de nombreux films, dont Les Goonies !

Portland, hipster-city

Pour rejoindre Portland, nous nous enfonçons dans l’intérieur des terres, traversant une nouvelle fois la chaîne montagneuse des Cascades. Tôt le matin, nous filons vers la ville. Nous trouvons les habitants de Portland en pyjama, sirotant leur café sur des lits installés sur la place centrale… Nous sommes bien dans la ville de la branchitude et des hipsters !

Nous dénichons rapidement un bagel à nous mettre sous la dent avant de passer un long moment chez Powell’s Book, immense librairie indépendante aux hautes étagères et aux allées labyrinthiques.

Portland est une ville de taille moyenne, résolument décontractée et cosmopolite. Ses rues dégagent une atmosphère à la fois pépère et branchée où il fait bon déambuler les mains dans les poches, se ravitaillant aux micro-brasseries qui poussent dans toute la ville.

Les gorges de Columbia River

En quittant Portland, nous suivons les méandres de la rivière Columbia. Un coucher de soleil chatoyant s’étale sur les collines à l’herbe jaune et à la roche ocre. Tous les campings affichent complet, aussi dormirons-nous pour la première fois dans la voiture (et nous ne sommes pas les seuls !), sur une aire surplombant les gorges balayées par un vent chaud.

Le centre de l’Oregon

Nous nous élançons à travers les plaines pour rejoindre la ville de Bend, au cœur de l’état. S’enchaînent alors des paysages qui restent marqués dans notre esprit comme caractéristiques de l’Oregon : l’herbe grillée recouvrant les plaines et les collines entourées au loin de monts enneigés.

Chez Lisa à Bend

Arrivés à Bend, nous cherchons à appeler Lisa, une américaine que nous avons rencontrée sous la pluie de Seward en Alaska où elle était venue observer les oiseaux avec sa tante Judy. Ce sont trois pompiers baraqués, affables et au sourire étincelant qui nous prêtent leur téléphone pour que nous puissions la joindre. Grâce à eux et Lisa, nous apprenons que nous sommes autorisés à faire du camping sauvage dans les forêts et terrains nationaux, bon à savoir pour la suite du voyage !

Lisa nous ouvre tout grand la porte de sa maison, avec son sourire, sa bonne humeur et sa gentillesse à toute épreuve. Nous passons avec elle et sa copine Fed un week-end extra : festival d’été dans les rues animées de la petite ville qui a le vent en poupe, brunch bio, local et savoureux sous les arbres, randonnée pour se rendre aux sources chaudes naturelles de Paulina Lake, et, pour couronner le séjour, deux vues magnifiques à 360° sur les terres de l’Oregon. Encore merci Lisa !

Crater Lake

En roulant vers le sud, un crochet d’une centaine de kilomètres s’impose pour admirer la grandeur du site de Crater Lake National Park. Le volcan Mazama a explosé il y a près de 7 000 ans, formant une caldeira qui se remplit au fil du temps d’eau de pluie et de neige fondue. C’est ce qui rend les eaux de Crater Lake aussi limpides et ce bleu profond aussi impressionnant. On se sent tout petit à côté !

Umpqua Hot Springs, hippie way of life

On commence à être fanas des sources chaudes naturelles, et l’Oregon en regorge. Celles d’Umpqua sont bien référencées dans les guides spécialisés, mais pas sur les panneaux de signalisation ! Ce sont donc les gens du coin, les connaisseurs et surtout les jeunes hippies qui investissent le lieu, dans une atmosphère détendue et hors de la réalité. Cette immersion nous a permis de trouver la formule secrète du parfum hippie : vieille friperie, chien mouillé et fumée de feu de bois. À bon entendeur :)

Retour sur la route 101

Avec la route 101 nous retrouvons les eaux lumineuses et les longues plages désertes du Pacifique. La Californie approche !

L’Oregon fut donc une bonne surprise dans notre road trip ; c’est là que nous avons rencontré les américains les plus décontractés et ouverts d’esprit. De plus, les paysages y sont incroyablement variés : plages, forêts et fraîcheur sur la côte ; plaines, montagnes et chaleur dans les terres. Notre coup de cœur états-unien !

Comments 7

    1. Post
      Author
    1. Post
      Author
      Hélène

      Ah ça, des camping-cars et caravanes immenses avec lave-vaisselle, laveuse et sécheuse intégrés, bateau, vélos et quad à l’arrière, on en a vu des tas !! Alors, quand on croise un coin tranquille… on se jette dessus ! :)

  1. gadé gé

    merci encore pour ces belles photos… on voyage avec vous, c’est cool !
    j’adore la bouille d’Hélène qui sort à travers les bouquins !
    bisous

    1. Post
      Author
  2. BONNAUDET JF

    Un petit feu de bois, une tente, des fauteuils…dans une forêt tranquille…le bonheur. Y avait-il des saucisses à griller ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *