L’équipement pour 24 jours en Islande

Une aventure racontée par Hélène • Le Pas de commentaire

Pour des raisons économiques et aventureuses, nous avons décidé de réaliser ces 24 jours en Islande en sac à dos. Leur remplissage fut donc le grand sujet de préoccupation pendant les semaines précédant le départ. Voici quelques uns des sites web que nous avons visités avec grand intérêt, autant pour préparer nos affaires que pour se renseigner sur les conditions de randonnée, notamment islandaises : Randonner malin, Randonner léger, et ce forum sur le voyage en Islande.

Un voyage à pied et en bus en Islande au mois de juillet nécessite de se prémunir du froid, du vent et de la pluie, mais ce n’est pas non plus le blizzard à toute heure du jour et de la nuit… Pour tout dire, nous n’avons eu qu’une seule journée de pluie continue, du vent seulement lorsque nous nous trouvions en altitude, et des températures entre 5° et 18°, nuit et jour confondus.

Les sacs à dos

Nous avons donc dû répartir entre nos deux sacs à dos de randonnée les affaires nécessaires à 24 jours de camping itinérant en Islande, comprenant sur la fin du séjour le trek du Laugavegur (4 jours de marche en autonomie).

Voici ainsi la liste pour chacun du contenu de nos sacs à dos (listes à dérouler) :


Sur les épaules de Baptiste

Sacs

  • sac à dos Millet 55+10 + raincover
  • sac à dos compressible d’appoint x1

Vêtements

  • paire de chaussures de randonnées montagne Tecnica
  • paire de chaussette x4
  • veste coupe-vent imperméable Schoffel
  • polaire x1
  • sac à vêtements imperméables x3
  • T-shirt en coton x1
  • T-shirt manche longue en coton x1 (en trop)
  • pull en coton x1
  • pantalon de randonnée x1
  • pantalon de sport léger x1 (perdu)
  • sur-pantalon de pluie x1
  • maillot de randonnée x1
  • caleçon x3
  • maillot de bain x1
  • bonnet x1

Dodo

  • tente x1 (bien pliée !)
  • duvet +15°C x1 (+ sac poubelle pour protection dégâts des eaux)
  • matelas auto-gonflant x1
  • cache-yeux pour la nuit x1
  • oreiller gonflable x2
  • sous-vêtements de nuit en thermolactyl haut x2
  • sous-vêtements de nuit en thermolactyl bas x2
  • chaussettes de nuit x2

Trousse de toilette

  • peigne x1
  • dentifrice x1
  • brosse à dent pliable x1
  • gros flacon de shampooing-douche x1
  • petit flacon de toilette intime x1
  • petit flacon d’arnica x1
  • moyen flacon de lessive x1
  • propolis en spray x1
  • pince à épiler x1
  • ciseaux à ongle x1
  • fil dentaire x1
  • brossette à dents x15 (5 utilisées)
  • coton tiges x25 (12 utilisées)
  • élastique à cheveux x4
  • barrette à cheveux x4
  • crème solaire x1
  • crème hydratante pour les mains x1
  • homéoplasmine x1
  • serviette de toilette absorbante x1

Cuisine

  • paravent cuisine x1
  • popotte 2 personnes x1 (+ réchaud, chaussette à thé, cuillères-fourchettes en plastique)
  • fourchette en métal x1
  • éponge x2 (vaisselle/trucs-sales)
  • flacon moyen liquide vaisselle x1
  • flacon de bicarbonate x1
  • cachets multi-vitamines

Photo

  • appareil photo Canon 550D (APN)
  • objectif Canon 18-55/5.6
  • objectif Tokina 11-16/2.8
  • objectif Canon 50/1.8
  • housse de protection x1
  • cartes SD x4
  • batterie de rechange APN x2
  • chargeur APN x1
  • pied APN x1 (utilisation peu convaincante)
  • téléphone portable
  • chargeur téléphone x1
  • batterie de rechange téléphone x1

Autres

  • couverture de survie x1
  • sifflet x1
  • lampe torche frontale et son chargeur x1 (utilisée 3 fois)
  • paquets de mouchoir x4
  • sangles x4 (1 utilisée)
  • sac poubelle x4
  • sac de congelation x4
  • briquets x2 (second briquet jamais utilisé)
  • lacets de rechange x2 (jamais utilisé)
  • fil + aiguille
  • élastiques x5
  • rouleau de PQ x1 (très peu utilisé, et pas pour les toilettes…)

Poids : entre 10 et 14 kg selon les victuailles.

sac-à-dos B

Sur les épaules d’Hélène

Sacs

  • sac à dos Quechua 40L + raincover
  • sac-banane x1 (peu utilisé, pas pratique)

Vêtements

  • paire de chaussures de randonnées montagne Tecnica
  • paire de sandalettes x1 (pour traverser les gués)
  • paire de chaussette x4 (1 de trop)
  • veste coupe-vent imperméable Tribord
  • sac à vêtements imperméables x3
  • polaire x1
  • sweat avec capuche en coton x1
  • maillot de randonnée x1
  • pantalon de randonnée x1
  • pantalon coton x1
  • sur-pantalon de pluie x1
  • débardeur x2 (1 de trop)
  • culotte x4 (1 de perdue)
  • brassière x2 (1 de trop)
  • maillot de bain x1
  • bonnet x1

Toilette

  • serviette hygiénique lavable Plim x1
  • mooncup x1
  • serviette de toilette absorbante x1
  • paquets de mouchoir x4
  • gel désinfectant main x1

Dodo

  • duvet 5°C x1 (+ sac poubelle, protection pour protection dégâts des eaux)
  • drap en soie x1
  • matelas auto-gonflant x1

Cuisine

  • Opinel x1
  • gourde 1L + housse isotherme x1
  • poche à eau (camel back) 2L x1
  • thé en vrac x2
  • flacon d’huile d’olive x1
  • petit flacon de sel x1
  • petit flacon de poivre et herbes x1
  • petit flacon d’ail et gingembre x1
  • paquet de bouillon en cube x2

Loisirs / cartes

  • livres x2
  • porte-document imperméable x2
  • carte de randonnée (Landmannalaugar-Porsmork) x1
  • guide de randonnée x1
  • guide touristique x1
  • carnet à dessin, boite d’aquarelle, stylo et pinceau à réservoir

Trousse de secours

  • spray antiseptique x1
  • épingles à nourrice x6 (pas utilisées)
  • bandages x2 (pas utilisés)
  • pansement à découper x3 (pas utilisés)
  • compresses x4 (pas utilisées)
  • Doliprane 1000 g x8
  • plaquettes de pastilles micropur x2

Autres

  • couverture de survie x1
  • bâtons de marche x2
  • lunettes de soleil x1
  • tabac
  • stylo bic / scotch / fil x1
  • sifflet x1
  • boussole x1
  • porte monnaie
  • passeports
  • billets d’avion

Poids : entre 8 et 12 kg selon la gourde et les victuailles.

Débriefing du sac à dos

Les indispensables du camping en Islande sont : protection contre la pluie (raincover, veste imperméable, surpantalon de pluie), des vêtements pratiques (privilégier les vêtements de sports aux vêtements en coton, parfois bienvenus mais encombrants, ne séchant pas vite et à éviter pour la rando), une polaire et un bonnet (nous avons manqué de gants uniquement lorsque nous étions dans le brouillard aux sommets, à voir donc), un duvet chaud (-5° min), un maillot de bain (sources chaudes, mais surtout piscines !), et enfin un appareil photo avec cartes SD et batteries de rechange. Sans oublier, mais c’est évident, un bon sac à dos, de bonnes chaussures de marche, une tente étanche, petite, facile à monter et démonter.

Ce qui nous a majoritairement manqué furent donc des sacs de couchage plus chaud ! Car si les nuits ne sont pas glaciales, elles restent fraîches, en particulier à proximité d’une rivière ou d’un glacier. Nous utilisions donc la couverture de survie afin d’éviter trop de perte de chaleur, mais cette solution est bruyante et pas aussi confortable qu’un bon duvet, qui aurait peut-être pris plus de place dans nos sacs mais que nous aurions vénéré une fois la nuit venue…

Une autre problématique majeure fut l’accessibilité de l’appareil photo et des objectifs. En Islande, chaque nouveau pas entraîne une nouvelle photo… quelques unes n’ont pas été réalisées par flemme/manque de temps/complexité de sortir l’appareil, voire de changer d’objectif. Dommage. De plus, la sangle autour du cou et l’appareil qui bouge avec la marche sont à éviter. Pour la suite de nos voyage, nous recherchons donc ardemment une solution pour pallier ce souci.

Pour finir, nous aurions pu nous passer des éléments suivants : le trépied de l’appareil photo (nous aurions dû emmener, sinon rien, notre vrai trépied, pas celui-ci qui était certes léger mais instable, le comble pour un trépied !), certains vêtements en coton (infernaux à faire sécher et apportant finalement peu de confort), et la lampe à LED frontale (en juillet, les nuits sont claires en Islande).

L’alimentation

Du miam miam en camping

Il faut ajouter à l’équipement la nourriture achetée au fur et à mesure, portée par Hélène (exceptée pendant le trek où les denrées étaient réparties entre les deux sacs à dos). Ce qu’il y a de pratique avec le camping en Islande, c’est qu’il fait assez frais pour que les aliments ne s’abîment pas trop vite ; nous pouvions donc, lorsque nous bougions peu le campement, garder pendant quelques jours jus de fruit, lait, beurre, fromage, yaourt, fruits, etc.

Comme tout touriste en Islande, nous avons découvert et aimé le Skyr, une sorte de yaourt bien fat et protéiné, nature ou aux fruits, on en trouve partout ! Il y eu également le Smurostur, fromage à tartiner entre le Philadelphia et la Vache qui rit, qui existe aux poivrons ou aux champignons, mais aussi au bacon ou à la pizza (non testés, quelle blague !). Sans oublier le fameux pain noir des pays nordiques.

Ainsi, durant notre séjour, nous avons principalement carburé aux pâtes, au riz, à la semoule (parfaite pour caler la faim et rapide à préparer), aux fruits et légumes (pommes, tomates, bananes, oranges, carottes, courgettes, concombres), aux champignons, aux soupes instantanées, aux bouillons en cube, au pain de mie, au Smurostur et au Skyr :) Si nous ne nous sommes pas si mal débrouillés, autant dire que nous avons retrouvé notre cuisine aménagée avec grandes effusions de joie !

Les restaurants en Islande

La gastronomie islandaise tourne majoritairement autour du poisson et de l’agneau. Oui, vous savez, ces milliers de mignons petits moutons qui gambadent librement aux quatre coins de ces paysages sauvages ? Et bien c’est pour finir dans votre assiette, ou bien en pelote de laine. Quant aux poissons, le choix est immense, et les façons de le cuisiner aussi : en ragoût, pané (fish’n chips), en brochettes, en soupe, en pizza, en hachis, en sauce, en salade, séché, fumé, etc. Si vous voulez, vous pourrez tester le requin (nous avons assez été prévenus que ça goûtait la pisse pour ne pas tenter l’expérience), ainsi que la baleine (par objection : abstention) et enfin le macareux dans les restaurants plus « touriste-chic » (non mais le macareux quoi…).

En dehors du poisson et du mouton, la proximité de l’Amérique (et la petite présence américaine sur le territoire depuis la seconde guerre mondiale), fait que l’on trouve pizzas et burgers à la carte de nombreux restaurants, ainsi que des hot dog tout à fait minuscules et industriels dans toutes les épiceries des stations services du pays, des lieux immanquables lors d’un voyage en Islande.

Voilà pour la gastronomie islandaise !

En conclusion, nous pouvons dire que nous nous sommes bien pris la tête avant le départ pour remplir nos sacs à dos, mais que globalement tout s’est passé comme sur des roulettes une fois sur place.

Les règles : juger l’utilité de chaque chose, ainsi que son poids et son éventuelle double fonction, penser à son dos qui devra porter tout ça sur des kilomètres, et ne pas oublier que l’Islande est un pays civilisé qui n’est pas coupé du monde, donc au pire vous pourrez toujours acheter là-bas de quoi vous dépanner (certes à un coût élevé dans le cas du matériel de camping…).

Quoi qu’il en soit, voyager en sac à dos est un bon moyen pour se rendre compte avec plaisir du peu d’affaire dont on a besoin pour vivre ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *