Les glaces de Jökulsárlón

Une aventure racontée par Hélène • Le Pas de commentaire

Après avoir passé quelques jours dans la région du lac Mývatn, nous avons pris la direction du site de Jökulsárlón au sud de l’Islande en passant par les fjords de l’est. La route 1 traverse alors plusieurs villages dont les maisons se serrent les unes contre les autres entre les pentes des montagnes, le port et la mer.

Nous passons la nuit à Höpf, et plantons la tente avec vue sur une petite baie où la mer d’huile et bleu clair nous amène une douce odeur d’air marin. Le lendemain, nous reprenons le bus dès 7h et arrivons très vite en vue de l’immense glacier du Vatnajökull.

Enfin, nous arrivons sur le site dont nous avons tant entendu parlé : Jökulsárlón.

Jökull = le glacier ; sárlón = le lagon. Au pied d’une des langues du Vatnajökull, de gros morceaux de glace se détachent du glacier et dérivent lentement dans le lagon avant de rejoindre la mer située à quelques centaines de mètres.

Frais et idyllique, l’endroit se réveille doucement. Des sternes arctiques survolent en masse le champ voisin, nous alpaguant de leur cri strident. Nous descendons sur la plage de sable sombre où nous pouvons admirer les icebergs qui flottent silencieusement à quelques mètres.

Jökulsárlón est vraiment un très beau site, irréel et froid. Nous recommandons d’y arriver tôt le matin pour s’y promener dans le calme, sûrement le meilleur moment pour y croiser des oies et des phoques, et entendre les glaces qui tombent ou se retournent. Car malheureusement, une fois que les cars touristiques commencent à arriver autour de 10h, le site résonne du vrombissement des moteurs des zodiaques qui sillonnent le lagon. L’éternel problème d’un site naturel exceptionnel qui a du succès…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *